Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 21:23

Interview de SANDRINE PICO-DEPREZ Délégué Général de l'ALLIANCE ROYALE sur TV LIBERTES hier 24 mars dans l'émission "L'Invité du Jour" par Martial Bild

Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry - dans Interviews
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 00:00

Sur le présent blogue, nous avons toujours pris soin de ne pas anathémiser les journalistes, que nous savons faire leur travail comme ils le peuvent dans des conditions pas toujours agréables; nous avons simplement indiqué qu'il y avait une presse libre et une autre qui ne l'était pas. le témoignage suivant apporte des précisions supplémentaires sur le manque d'informations sur les évènements actuels en France par la presse institutionnelle.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une journaliste, qui manifeste contre la loi Taubira, témoigne pour les lecteurs du Salon Beige :

"Journaliste depuis huit ans je suis passée par de nombreuses rédactions aussi bien télé que presse écrite. Je me rends compte que le ressentiment à l’égard des journalistes s’accroit chaque jour, notamment parmi les manifestants. Le décalage entre la perception des événements par le public et la retransmission par les médias peut s’expliquer.

D’abord, les médias ont une source quasi-unique d’information : l’AFP ; souvent, ce que rapporte le journaliste sur le terrain est moins important pour sa direction que ce qu’écrit le journaliste de l’AFP. Mais le journaliste de l’AFP n’est pas un surhomme objectif par essence, ce qu’oublient aujourd’hui les rédacteurs en chef. D’autant plus que, contraintes budgétaires obligent, les déplacements deviennent de plus en plus rares. Les articles que vous lisez sur la presse en ligne ont été écrits (ou recopiés) par des jeunes journalistes qui n’ont, pour la majorité d’entre eux, jamais mis un orteil dans la rue.

Ces journalistes ont deux origines différentes : les plus anciens sont souvent devenus journalistes par hasard, venant du cinéma, du trotskysme et des mouvements étudiants post—68. Ils sont très représentés dans les groupes du service publics. La professionnalisation de la profession, qui s’est accélérée dans les années 90 et surtout après 2000 a donné naissance à une génération de journalistes formée dans de chères écoles (5000€/l’année) qui se ressemblent tous furieusement : blancs, enfants de familles aisées, dont les parents journalistes, cadres, haut fonctionnaires sont surreprésentés. Ils sont formés par les plus vieux… avant d’affronter un ou deux ans de contrats précaires, aux horaires irréguliers et mal payés. D’où la nécessité que les parents assurent le quotidien. C’est un peu différent pour les cameramen qui sont mieux payés que les autres (mais très souvent pigistes) et viennent parfois de milieu plus modeste.

Il ne sert à rien de s’en prendre au journaliste présent sur une manif : d’une part, il fait son boulot, d’autre part, il est très arque bouté sur sa liberté –vous risquez juste de le braquer. Enfin, il n’a que peu d’influence sur le résultat final de son sujet. Car il rend le texte ou des images, mais il a y ensuite le travail de montage, le visionnage par un premier chef, un second, la réécriture du commentaire, la rédaction du lancement qui donne le ton. La plupart du temps les sujets et l’architecture d’un reportage sont choisis et écrits en amont. Il faut plusieurs séquences : donc une manif pacifiste, puis des provocations, puis des bagarres, puis des courses-poursuites, cela fait un beau sujet en quatre actes, même si dans la réalité le premier moment a duré trois heures et le second 5 minutes. Dans un but d’efficacité, il faut donc penser à cela en manifestant. Si l’on ne veut offrir aucune prise, il ne faut absolument RIEN montrer qui puisse jouer en votre défaveur.

Enfin, et c’est un aspect important, il faut savoir que la plupart des journalistes ne possèdent pas le filtre pour comprendre votre action. Ils pensent sincèrement que la religion est oppressive et dépassée, que le mariage homosexuel est une question d’égalité et ont une ignorance flagrante de la question religieuse. Il suffit de voir la couverture de l’élection du pape pour réaliser le grand pataugeage des journalistes sur ce sujet. Ils ont très peu de temps, voire pas du tout, pour se renseigner sur les fondements idéologiques d’un mouvement. Vous êtes des aliens : vous venez d’un monde qu’ils ne connaissent pas. Etre journaliste, de droite et catholique dans une rédaction nationale, c’est comme être un poisson préhistorique dans un aquarium : personne ne pensait réellement que vous existiez encore…"

Michel Janva  le Salon Beige

 

 

Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry - dans Interviews
commenter cet article
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 17:38

interview original émanant du site Le Rouge et le Noir relayée par Le Salon Beige

Catherine Rouvier, docteur d’Etat en Droit public et en Sciences politiques de l’Université Paris II, a publié une thèse d’histoire des idées politiques sur Gustave Le Bon, l'auteur de la Psychologie des foules, paru en 1895. Elle déclare au R&N :

Bonjour Madame, qu’a pensé la spécialiste de la psychologie des foules que vous êtes des manifestations contre le « mariage pour tous » ?

RLe déroulement de la manifestation ; la nature même des mots d’ordre et des chants ; la couleur rose apaisante et inoffensive des panneaux, des tee-shirts, des écharpes ; la scission des cortèges, venus de trois endroits différents, ce qui diluait l’effet de masse ; le caractère très lent de la marche, souvent stoppée par de longues minutes passées dans le froid, ce qui minimisait l’échauffement des corps mais aussi des esprits ; tout était fait pour que ne se produise pas de phénomène de foule, c’est-à-dire la fusion des individualités en un « moi collectif » animé d’une pensée commune, et parcouru de sentiments contagieux comme la colère ou l’enthousiasme. Or, seule la puissance invincible d’une véritable "foule" au sens psychosociologique du terme peut faire peur à un gouvernement jusqu’à le faire plier, comme ce fut le cas en 1984.

Que faudrait-il, le 24 mars, pour que les gentils manifestants se changent en foule ?

En priorité, il faut deux choses : des mots d’ordres et un chef. [...] Le message, pour générer l’action, doit être simple, clair, univoque. On ne peut pas faire dire à une foule qu’on souhaite mobiliser vraiment deux choses à la fois, surtout si elles sont presque exclusives l’une de l’autre. Sinon le message est brouillé, donc inefficace. Ainsi, en l’espèce, on ne pouvait pas, d’un côté, refuser d’appeler « mariage » la légalisation de la vie commune de deux hommes ou de deux femmes et refuser que cette union ait les mêmes conséquences que celle d’un homme et d’une femme ; et, d’un autre coté, reprendre à son compte le terme même qui justifie ces revendications : la lutte contre l’homophobie. Donc mettre sur les tracts appelant à manifester, sous le mot d’ordre principal, « manif’ pour tous » (qui était déjà un clin d’œil amical à l’appellation fallacieuse de « mariage pour tous » des adversaires - ce qui n’est pas très bon), un second mot d’ordre : « lutter contre l’homophobie », lequel brouillait le message.

G[...] Virginie Telenne, alias Frigide Barjot, s’est attirée à juste titre la sympathie et la reconnaissance des catholiques en soutenant le pape Benoît XVI dans les médias à une époque où ceux-ci ne faisaient que relayer les critiques de toutes sortes et les attaques les plus violentes contre le « pape allemand ». Mais elle l’a fait en utilisant le personnage de parodiste, forgé pour elle par son mari Basile de Koch alias Bruno Telenne (qui, lui, reste dans la dérision dans sa manifestation « le mariage pour personne » en marge de la manifestation officielle). Or, ce surnom a une connotation positive, puisqu’il évoque Brigitte Bardot, gloire nationale, très belle actrice, femme attachante, passionnée de la cause animale. Mais dans le même temps, il a la connotation péjorative à cause de deux adjectifs peu valorisants : « frigide » et « barjot ». Or le sujet est grave et comme le notait déjà La Bruyère : « Le caractère des Français demande du sérieux dans le souverain ». Un chef doit être « auréolé de prestige » , ce que la dérision exclut de facto. Il n’est pas là pour plaire, et il ne doit pas craindre d’être accusé de ne pas être « gentil ».

[...] Jean-François Copé a manifesté, mais interviewé par les journalistes pendant la manifestation, il a dit que ce qui le gênait surtout, c’était la GPA et la PMA, plus que le texte lui-même : message non clair, là encore. Monsieur Guaino a fait un beau témoignage, émouvant, sur sa propre difficulté à avoir vécu une enfance sans père. Mais il a atténué considérablement l’effet produit en protestant lui aussi longuement contre l’« homophobie » comme s’il était accusé et non accusant. François Fillon a été le plus clair, parlant lui aussi d’abrogation, mais brièvement, dans une intervention liminaire au vote à l’Assemblée, non médiatisée. Quand aux centristes, entre ceux qui « se sont trompés de bouton » et « ceux qui étaient sortis au moment du vote » (zut, pas de chance, c’est déjà voté !), on ne les voit pas en leaders sur ce sujet !

Quelles sont les autres conditions du succès ?

Changer de style. Le souci de satisfaire une mode « festive » et son métier, le spectacle, ont conduit Frigide à organiser une sorte de parodie de gay pride avec chars, chants, musique disco et techno, « tubes » de l’été… La scène dressée sur le Champ-de-Mars évoquait un theâtre, une émission de télé-divertissement, pas un meeting politique. Seul le jeune Xavier Bongibault a eu un mot politique. Il a comparé Hollande à Hitler parce qu’il veut « enfermer les homos dans une définition dictée par leurs choix sexuels ». Mais pour cette remarque, à l’efficacité médiatique immédiate, il s’est fait tancer par Frigide, et s’est tout de suite excusé. Ce choix du festif et du non-politique n’est pas mobilisateur, car il maintient les manifestants dans le bien-être des retrouvailles de ceux-qui-pensent-comme-eux, et les bercent de la certitude fallacieuse d’une opinion largement répandue. Se réunir devient alors le but de la réunion. Par ailleurs, à cette foule qui attendait des mots d’ordre parce qu’elle avait reçu un choc - celui d’un projet de loi ouvrant le mariage à deux hommes entre eux ou à deux femmes entre elles - la réponse apportée par Frigide Barjot a été de dire que c’était pas vrai, qu’à un enfant il faut un papa et une maman, que les enfants naissent d’un homme et d’une femme. Et la foule a récité ou chanté cela un peu comme une litanie ou une comptine apaisante et auto-convaincante. Mais on ne lui a pas demandé (et on le lui a même interdit - les mots d’ordre et chants étant limités et imposés) de dire que ce n’est pas bien. Pour obtenir un résultat politique, il faut mener la foule vers une action politique.

[...] Alors oui, on peut en effet imaginer qu’une foule immense réunie à nouveau le 24 Mars, sans flons flons, en un immense ruban compact comme en 1984- et non divisée en trois cortèges, avec des slogans, banderoles et chants non pas imposés par le rose bonbon mais décidés par des chefs d’établissements scolaires, des religieux, des paroissiens, des chefs de syndicats et de partis, qui défileront suivis de leurs adhérents ou ouailles, dans une gravité et une colère véritable contre la dénaturation de notre modèle sociétal. Ceux qui l’imposent pourraient faire changer le cours des choses.

[...] Autre modification nécessaire : il ne faudra pas isoler par un « cordon sanitaire » les manifestants du reste de la rue comme çela a été fait le 13 janvier. Pour que la foule agisse, qu’elle remporte le combat qu’elle livre, il faut que la rue puisse la rejoindre, la suivre, s’y agréger, il faut que la rue réagisse. Pour et contre, pourquoi pas ? La manifestation de Civitas du 18 novembre a été portée à la connaissance du monde entier en moins de 2 heures par les médias à cause de l’attaque des Femen. Il ne s’agit pas de provoquer les incidents, mais il faut laisser les adversaires montrer ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent. La présence de la police doit suffire à éviter les débordements.

[...] Dans le cas présent, des milliers d’officiers municipaux sont opposés à ce projet. Devront-ils se démettre de leurs fonctions, renoncer à leur mandat parce qu’ils se seront mis en infraction en refusant d’appliquer cette loi et donc de « marier » des hommes entre eux ou des femmes entre elles ? Un joli but politique serait alors atteint pour l’actuelle majorité : démission garantie de tous les maires catholiques de droite, et des élus « réfractaires » de gauche ! Ne vaudrait-il pas mieux prendre les devants, et que les maires disent comme Mirabeau qu’ils sont dans leur mairie « par la volonté du peuple et qu’ils n’en sortiront que par la force des baïonnettes », mais qu’on ne les forcera pas à faire cet acte contraire à leur conscience ? [...]"
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------LA délégation de l' Alliance Royale de la Nievre rejoint parfaitement l'analyse de Madame Rouvier, nous avons toujours dit qu'il serait beaucoup plus efficace de montrer tous les français dans leurs différences unies une fois n'est pas coutume contre un même danger.
(il est notoire que notre peuple a une tendance récurante à se chamailler mais il sait aussi quand un danger devient grand, faire l'union contre celui-ci) c'est cela que nous devons mettre en route.: "l'union des gaulois bagarreurs , (poisson contre enclume) contre l'ennemi commun (les romains, en l'occurence les tyrans républicains qui nous gouvernent présentement).

 

Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry - dans Interviews
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 19:26
ce que les royalistes dénoncent continuellement dans le système de la démocratie telle que nous la connaissons ainsi que dans le peu de projection sur le long terme de ceux qui font des promesses électorales et ne voient que le court terme est défini parfaitement par Michel Rocard dans l'interview suivant; Ces paroles qu'il délivre dans un souci évident de vérité nous encouragent de plus en plus à revenir à la Royauté pour la vision politique sur le long terme et à un système électif tel que le décrit St Thomas d'Aquin (qu'il appelle policie, lire De Regno) soit des élections à l'intérieur des corps sociaux et un système référendaire d'initiative populaire associé.Royalistes, ne boudons pas notre plaisir et écoutons Michel Rocard qui tout diable de socialiste qu'il soit porte la pierre de nos arguments.
A quand l'heureux moment où lui et ses pareils ouvriront complètement les yeux et rejindront le Bon Sens de la Cause Royale.
 

Source: Nouvelles de France

Repost 0
Published by Chantal Sainsere de Thoury - dans Interviews
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 16:59

A l'occasion du mariage du prince William avec Kate Middleton, la journaliste Diane ARAGOU, de la radio « Le Mouv » nous fit l’honneur de s’intéresser aux royalistes français et notamment aux Jeunes Royalistes de l’Alliance Royale. Elle reçut donc dans le cadre d’un entretien Loïc BAVEREL, responsable de la communication web des JR et candidat Alliance Royale aux législatives de 2012, et Stéphane PIOLENC, porte-parole des Jeunes Royalistes.

Pour écouter cet entretien : http://jeunes-royalistes.org//multimedias/audio/20110429lemouv.mp3

Ou bien sur Radio Fréquence Royaliste : http://www.radio-royaliste.fr/

Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry - dans Interviews
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:11

n1460717962_2731.jpgPATRICK de VILLENOISY est le Porte Parole Officiel de l'ALLIANCE ROYALE

 

Compte rendu de l' entretien avec Génération FA8

 

Nous recevons aujourd’hui Patrick de VILLENOISY, porte parole de l’Alliance royale, pour un entretien évoquant le royalisme, le projet royaliste, la division qui frappe le royalisme. . .

Nous le remercions d’avoir répondu à nos questions.

 

GENERATION FA8 : Bonjour. Tout d’abord serait-il possible que vous vous présentiez à nos lecteurs ne vous connaissant pas encore ? De même pourriez-vous nous décrire rapidement votre parcours intellectuel et politique ?

Je suis né à Lille où j’ai passé les 30 premières années de ma vie. J’y avais entamé, sans les terminer, des études de médecine jusqu’à la troisième année.
Je suis devenu ensuite analyste financier et me suis installé à Paris où j’ai exercé cette activité pendant 25 ans comme consultant indépendant. Depuis 5 ans j’ai entamé une activité dans l’événementiel d’entreprises en créant ma propres structure.
Je me suis intéressé depuis toujours à la politique et me suis dès le départ senti royaliste. Néanmoins, j’ai fait un court passage au CNIP du temps du ministre Philippe Malaud.

 

GENERATION FA8 : Yves-Marie ADELINE a cessé son militantisme politique. Il a dirigé l’Alliance Royale un certain temps. Avec le recul, comment jugez-vous son action en tant que président de ce mouvement ? Est-ce que vous seriez d’avis qu’il revienne, d’une façon ou d’une autre, à la réflexion et à l’action politiques ?

Yves-Marie Adeline est le président fondateur de l’Alliance-Royale et c’est lui qui a eu l’idée de créer cette formation sur la base d’un  certain nombre de constats.
Premier constat : les royalistes sont marginalisés et inexistants dans le concert politique. J’en veux pour preuve que dès que sur une question quelconque un président de la république veut consulter les forces politiques du pays, il convoque tout le monde de la gauche à la droite mais pas les royalistes. C’est le premier résultat tangible de notre action que d’avoir été consultés par la commission Présidée par Monsieur Balladur sur la réforme des institutions.
Deuxième constat : les royalistes sont divisés entre différentes fidélités dynastiques. Le propos de l’Alliance-Royale était et continue d’être de les rassembler dans une action politique indépendamment de ces différences et donc de ne pas traiter du sujet du Prince.
L’Alliance-Royale est donc dans l’esprit d’Yves-Marie Adeline une stratégie politique mise à la disposition des Royalistes.
Troisième constat (plus politique) : le système des partis confisque la démocratie à son seul profit.
Sur le second point de votre question ; Yves-Marie Adeline a décidé de se retirer de la direction de l’Alliance-Royale pour se consacrer à son devoir d’Etat : pour ceux qui l’ignoreraient, il est père de huit enfants.
Je pense par ailleurs qu’il est un homme de réflexion, un grand universitaire et qu’il préfère se consacrer à l’écriture de ses livres. Il n’abandonnera donc pas cet aspect des choses mais ne reviendra pas vers des responsabilités à l’Alliance-Royale dans un avenir proche.

 

GENERATION FA8 : Le royalisme selon nous se présente comme une excellente idée. Cependant, il faut considérer que politiquement parlant les choses se montrent plus compliquées. Il existe un nombre important de mouvements, d’associations, de cercles, etc royalistes, qui ne travaillent pas forcément en synergie, voire qui ont tendance à se taper dessus. Comment les Français peuvent-ils se retrouver dans ces mouvements royalistes ?

Vous avez raison dans votre premier constat et ce n’est donc pas moi qui vous contredirai.
Plus sérieusement, je pense que les choses évoluent dans le bon sens et je crois que le temps des divisions est en train de disparaitre. Ce n’est pas un hasard si j’ai cité cette phrase du Christ lors de mon intervention le soir des commémorations de Jeanne d’Arc : tout royaume divisé contre lui-même se perdra.
Il y a actuellement beaucoup d’échanges et de contacts entre les différents mouvements et associations. Ce travail de rapprochement et de dialogue doit continuer et il est à la base de notre réussite.
Les Français viendront vers nous quand nous seront devenus une force politique crédible, capable de représenter un recours dans l’anarchie actuelle.

 

GENERATION FA8 : La question du prince demeure fondamentale. Cette question empoisonne les milieux royalistes. Comment la régler définitivement ? En choisissant un prince ? En écartant la question du prince pour se contenter de défendre et faire connaître le principe monarchiste ?

J’ai déjà un peu répondu à cette question : pour l’Alliance-Royale, le choix est fait : nous écartons la question du prince pour faire de la politique et présenter une plateforme politique crédible qui montrera notre capacité à prendre en mains la destinée de notre pays.

 

GENERATION FA8 : En 2007 Yves-Marie ADELINE avait tenté de se présenter à l’élection présidentielle. En 2012 est-ce que l’Alliance Royale présentera un candidat ?

Le bureau politique n’a pas encore pris de décision sur ce sujet. Nous étudions préférentiellement le fait de présenter des candidats aux législatives car, comme vous le savez, c’est de ce scrutin que dépend dorénavant le financement des partis politiques. Il faut donc avoir des candidats dans suffisamment de circonscriptions pour accéder à ce financement.
Notre but étant dans un premier temps de rendre visibles les royalistes dans le débat politique, il n’est donc pas exclus que nous présentions un candidat qui n’aurait aucune chance d’être élu mais qui participerait à cette politique de visibilité du royalisme.

 

GENERATION FA8 : Des personnes, très souvent royalistes, expriment l’idée que la République est le parti de l’étranger. Pensez-vous la même chose ?

Je pense que c’est un peu exagéré de dire cela mais il est certain que seul un Roi peut être le garant de notre indépendance et de notre souveraineté.

 

GENERATION FA8 : D’une manière générale comment comptez-vous vous y prendre pour développer et pérenniser le principe monarchiste auprès des Français ? Ces derniers, abreuvés de propagande républicaine peuvent-ils être encore sensibilisés et attirés par le royalisme ?

Il est un élément dont il faut tenir compte. Les Français s’abstiennent de plus en plus dans les différentes élections. Contrairement à ce qu’en disent les hommes politiques, c’est le signe qu’ils ne leur font plus confiance, qu’ils sont désabusés et qu’ils ne savent plus à quel saint se vouer. De fait, le peuple français domestiqué par les politiques et abêti par le matérialisme n’espère plus grand’chose de sa république. Les statistiques ou les résultats ne tiennent pas compte de ceux qui ne sont même pas inscrits tellement ils sont dégoutés par le système actuel. Le système actuel a organisé la confiscation de la démocratie : c’est notre constat de départ. Pour beaucoup de nos concitoyens, choisir entre la droite et la gauche est à peu près aussi efficace que de choisir de changer de cabine sur le titanique.
Ce ne sont pas les partis qui servent à droite comme à gauche à faire des votes de protestation qui peuvent représenter un avenir pour la France.
On ne pourra pas faire l’économie du retour à la royauté pour sauver notre pays de la décadence. Il faut en être persuadé et c’est notre mission d’en persuader nos concitoyens.
Dès lors, nous seront perçus comme le seul recours.

 

GENERATION FA8 : Le dimanche 9 mai 2010 a vu plusieurs défilés en l’honneur de Jeanne d’Arc. Cela prouve d’une certaine façon la vitalité de notre combat. Ne serait-il pas temps que les catholiques et les patriotes défilent de manière unitaire, les prochaines années, dans  un souci d’efficacité ?

Vous avez bien compris que je suis pour l’unité. Je pense en effet que les catholiques doivent comprendre que la seule institution valable pour la France est la monarchie.
L’enseignement de saint Jeanne d’Arc est bien celui-là. Elle a voulu le retour de son « Seigneur ». Qui était le Seigneur pour Jeanne d’Arc : c’est le vrai et seul Roi de France : le Christ. Et le futur Charles VII dans tout cela ? Il est son lieutenant.
Et le Christ Lui-même quand Il était interrogé ? Il répondait systématiquement qu’Il était Roi.

 

GENERATION FA8 : La France peut-elle encore se sauver ? Comment pourra-t-elle se redresser alors que les attaques de ses ennemis s’amplifient quotidiennement ?

Oui, la France peut se sauver, elle doit revenir à l’Institution qui peut seule le réaliser et nous ne pouvons pas faire l’économie de se retour. Comme je l’ai dit lors de mon intervention, toute autre voie représenterait un travail de Sisyphe. Seule l’institution de la monarchie est pérenne.

 

GENERATION FA8 : Quel sera votre mot de la fin ?

Nous devons travailler à dessiller les yeux de nos concitoyens. Nous sommes la jeunesse de France.
je voudrais rappeler à vos lecteurs ce qu’écrivait Bossuet :
 «
Il y a un abandon à Dieu qui vient de force et de piété. Il y en a un qui vient de paresse ; s'abandonner à Dieu sans faire de son côté tout ce que l'on peut c'est lâcheté et nonchalance. Ce n'est pas en vain que Dieu nous a donné une sagesse, une prévoyance et une liberté. Il veut que nous en usions. Ne pas le faire et dire en son cœur : j'abandonnerai tout au hasard et croire qu'il n'y a point de sagesse parmi les hommes sous prétexte qu'elle est subordonnée à celle de Dieu, c'est disputer contre Lui, c'est vouloir secouer le joug et agir en désespéré.
Et qu'on ne me dise pas que, si la défaite est certaine, la lutte est inutile; En premier lieu, la lutte peut atténuer, adoucir la catastrophe et, en second lieu, pour nous qui nous faisons gloire d'être catholiques, la lutte est l'accomplissement d'un devoir, et non le résultat d'un calcul. Remercions Dieu de nous avoir octroyé le combat, et ne demandons pas, en sus de cette faveur, la grâce du triomphe à Celui dont l'infinie bonté réserve à ceux qui combattent généreusement pour sa cause une récompense bien autrement grande et précieuse pour l'homme que la victoire d'ici bas.
»

Propos recueillis en mai 2010.

 

Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry - dans Interviews
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 22:16

Royalists Want Monarchy To Return To France

January 27, 2010

CLIQUER POUR ECOUTER

[3 min 44 sec]
  • TRADUCTION CI-DESSOUS
    (note de la rédaction de l'Allliance Royale Nièvre: Dominique HAMEL qui est questionné par Eleanor Beardsley est directeur de la communication politique à l'Alliance Royale dont le Président est Pierre Bernard ancien Maire de Montfermeil et ancien député sans étiquette à l'Assemblée Nationale)
January 27, 2010


Even though France has been a republic for more than 200 years, there are many people in France who would like to see the return of the King. Royalists believe that one day they will be able to convince the French to restore the monarchy.



Copyright © 2010 National Public Radio®. For personal, noncommercial use only. See Terms of Use. For other uses, prior permission required.

STEVE INSKEEP, host:


Every January the Royalists of France, or is it that the Royalists de France, gather to mark the date when King Louis XVI was beheaded. His death marked the beginning of the French Republic. Yet many who remember the kings death hope that France will some day restore the monarchy.


Eleanor Beardsley sends this report.


(Soundbite of music)
 

ELEANOR BEARDSLEY: Organ music thunders through the stone cavernous basilica of Saint Denis on the northern outskirts of Paris. More than 800 people have gathered here, not just to pay homage to King Louis XVI, but to mourn the death of the French monarchy. Saint Denis is the necropolis of the French royal family. More than 50 monarchs, including Louis XVI and his queen, Marie Antoinette, are buried here.


Unidentified Man #1: (Latin spoken)


BEARDSLEY: The mass is in Latin. The priest swings a censer of incense on a chain. The somber service in this stone-cold Seventh century church resonates with regret for a France that lived 16 centuries in the Catholic monarchy. The priest describes the day it all came to an end when Louis XVI was led to the guillotine.

Unidentified Man #2: (French spoken)


BEARDSLEY: They came at night with their torches and clubs, he says, to carry out the most abominable of sacrileges. Harold Hyman, a long time journalist who takes a special interest in the French Royalists, says the group has no chance of bringing back the monarchy.


Mr. HAROLD HYMAN (Franco-American Journalist): So they take this weird political posture - a sort of anti-progress protest against the modern world and mass culture and television and American influence, and this is, I think, what unites them all.


BEARDSLEY: Royalists say the French Revolution was ruthless, not glorious, and that Louis XVI was a progressive king with vision. After all, he did send his general, the Marquis de Lafayette, to help some unruly colonists throw off their British oppressors.

Retiree Marie-Noelle Erre(ph) explains why shes a monarchist.


Ms. MARIE-NOELLE ERRE (Royalist): Its the monarchy that built the country. If it hadnt been for the revolution, there would have been an evolution with time. Beside that, King Louis XVI was a very good king.


BEARDSLEY: The Royalists are deeply divided over who is the legitimate successor to the French throne. But that question is not pertinent, for now anyway, says Dominique Emele(ph), the director of the Alliance Royale, the monarchist political party. The Royalists have practically no political support and no members in parliament, but Emele believes that one day the Party will be able to convince the French to restore a constitutional monarchy.


Mr. DOMINIQUE EMELE (Alliance Royale): (Through translator) One of the biggest problems in France today is that our president is the head of a political party. So he doesnt represent all the French. Only a king can truly represent the people, unify the nation, and solve the long-term problems of France.

(Soundbite of music)

BEARDSLEY: Back at the Basilica of Saint Denis, the mass closes with a requiem. The church where Joan of Arc once prayed now lies in the middle of a gritty immigrant suburb. Sixty five-year-old Michel Simoneaux(ph) emerges from the 18th century atmosphere inside the Basilica and comes face to face with modern day France.


Mr. MICHEL SIMONEAUX: (French spoken)


BEARDSLEY: The revolution was a cataclysm from which France will never recover, Simoneaux says. Everything we admire is from before the revolution. Just look at this marvelous cathedral, and look at this town. Its the symbol of everything France has become.
 

For NPR News, Im Eleanor Beardsley in Paris.


Copyright © 2010 National Public Radio®. All rights reserved. No quotes from the materials contained herein may be used in any media without attribution to National Public Radio. This transcript is provided for personal, noncommercial use only, pursuant to our Terms of Use. Any other use requires NPR's prior permission. Visit our permissions page for further information.

NPR transcripts are created on a rush deadline by a contractor for NPR, and accuracy and availability may vary. This text may not be in its final form and may be updated or revised in the future. Please be aware that the authoritative record of NPR's programming is the audio.

27 janvier 2010

Même si la France est une république depuis plus de 200 ans, il ya beaucoup de gens en France qui aimeraient voir le retour du roi. Royalistes croire qu'un jour ils seront capables de convaincre les Français de restaurer la monarchie.


Copyright © 2010 National Public Radio ®. Pour usage personnel et non commercial seulement. Voir conditions d'utilisation. Pour d'autres usages, l'autorisation préalable requise.

STEVE Inskeep, Host:


Chaque Janvier les royalistes de France, ou est-ce que les royalistes de France, réunis pour marquer la date à laquelle le roi Louis XVI a été décapité. Sa mort a marqué le début de la République française. Pourtant, nombreux sont ceux qui se souviennent des rois de France et garde l'espoir qu'un jour la monarchie serra restaurée.


Eleanor Beardsley envoie ce rapport.


(Petites phrases de la musique)


ELEANOR BEARDSLEY: les orgues résonnent à travers l'édifice de pierre de la basilique de Saint Denis dans la banlieue nord de Paris. Plus de 800 personnes se sont rassemblées ici, et pas seulement pour rendre hommage au roi Louis XVI, mais pour pleurer la mort de la monarchie française. Saint-Denis est la nécropole de la famille royale française. Plus de 50 monarques, dont Louis XVI et la reine Marie-Antoinette, sont enterrés ici.


Unidentified Man # 1: (latin parlé)

 

Beardsley: La messe est en latin. Les avec les allées et venues du prêtre avec l'encensoir au bout de sa chaîne. L'austère rite dans cette édifice en sombre pierre du VIIe siècle résonne avec le regret d'une France qui a vécu 16 siècles dans la monarchie catholique. Le prêtre décrit la journée durant laquelle tout cela est arrivé à sa fin lorsque Louis XVI fut conduit à la guillotine.


Unidentified Man # 2: (en français)


BEARDSLEY: Ils sont venus la nuit avec leurs torches et les batons, dit-il, pour réaliser le plus abominable des sacrilèges. Harold Hyman, journaliste de longue date qui porte un intérêt spécial aux royalistes français, affirme que le groupe n'a aucune chance de ramener la monarchie.



M. Harold Hyman (Franco-American Journalist): Donc, ils prennent cette attitude politique bizarre - une sorte de manifestation anti-progrès par rapport au monde moderne et la culture de masse et la télévision et l'influence américaine, et c'est, je crois, ce qui les unit tous .


Beardsley: Les Royalistes disent que la Révolution française a été impitoyable, non pas du tout glorieuse, et que Louis XVI était un roi avec une vision progressiste. Après tout,n'a t'il n'a pas envoyé son général, le marquis de Lafayette, pour aider certains colons indisciplinés se défaire de leurs oppresseurs britanniques.

Retraitée,  Marie-Noelle Erre (ph) explique pourquoi elle est monarchiste.


Mme Marie-Noëlle Erre (royaliste): C'est la monarchie qui a construit le pays. Ce n'est pas la révolution. Il y aurait eu évolution avec le temps sans elle et le roi Louis XVI était un très bon roi.


Beardsley: Les royalistes sont profondément divisés sur qui est le successeur légitime au trône français. Mais cette question n'est pas pertinente pour l'instant, de toute façon, déclare Dominique Hamel (PH), le directeur de l'Alliance Royale, parti politique monarchiste. Les royalistes n'ont pratiquement pas de soutien politique et pas de membres au parlement, mais Hamel croit qu'un jour, le Groupe sera en mesure de convaincre les Français de restaurer une monarchie constitutionnelle.


M. Dominique Hamel (Alliance Royale) (par l'intermédiaire des traducteurs) L'un des problèmes les plus importants en France aujourd'hui, c'est que notre président est le chef d'un parti politique aussi il ne représente pas tous les Français. Seul un roi peut vraiment représenter le peuple, unifier la nation, et résoudre les problèmes à long terme de la France.

(Petites phrases de la musique)


BEARDSLEY: Retour à la Basilique de Saint Denis, la messe se termine par un requiem. L'église où Jeanne d'Arc a prié se trouve actuellement au milieu d'une banlieue subvertie par l'immigration. 
Michel Simoneaux (ph
)Soixante-cinq ans) se dégage de l'atmosphère du 18ème siècle au coeur de la basilique et se retrouve face à face avec des temps modernes en France.


M. MICHEL Simoneaux: (en français)


Beardsley: La révolution fut un cataclysme dont la France ne se remettra jamais, Simoneaux dit. Tout ce que nous admirons est antérieur à la révolution. Il suffit de regarder cette merveilleuse cathédrale, et de regarder cette ville. C'est le sympbole de tout ce qu'est devenu la France.

Pour NPR Nouvelles, Im Eleanor Beardsley, à Paris.


Copyright © 2010 National Public Radio ®. Tous droits réservés. Sans guillemets à partir des matières contenues dans les présentes mai être utilisés dans tous les médias sans attribution à la National Public Radio. Cette transcription est prévu pour un usage personnel et non commercial uniquement, conformément à nos Conditions d'utilisation. Toute autre utilisation nécessite une autorisation préalable de la NPR. Visitez notre page permissions pour plus d'informations.

Transcriptions NPR sont créés sur une date limite Rush par un entrepreneur pour le NPR, et de la précision et la disponibilité mai varier. Ce texte mai ne pas être dans sa forme définitive et mai être mis à jour ou révisées à l'avenir. S'il vous plaît être conscient que la notice d'autorité de la programmation de NPR est l'audio.

 
 
Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry - dans Interviews
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 18:28

Pour sa troisième émission, Radio Fréquence Royaliste est entièrement consacrée à l’Alliance Royale. L’émission traite principalement des expériences électorales et des élections européennes.

Bonne écoute à tous sur :

 

Radio Fréquence Royaliste
Repost 0
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 16:09

Conférence prononcée à Marseille  par Christian ATIas le 21 janvier 2008 (anniversaire de la mort de Louis XVI) lors du repas organisé par la Fédération Royaliste Provençale.

Le professeur Christian Atias montre l'acharnement des révolutionnaires à vouloir détruire le symbolisme de la formule: "Le roi est mort; vive le roi".Conférence prononcée à Marseille le 21 janvier 2008 à l'occasion du souvenir de la mort de Louis XVI, sous l'égide de la Fédération Royaliste Provençale

Merci aux Royalistes du Poitou de l'avoir passé sur leur blogue ainsi qu'à Franfil de l'avoir envoyé


Repost 0
Published by les Royalistes du Niveranis - dans Interviews
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:28
Chantal de THOURY sera interrogée par Alain DERLON sur FDL La Radio 100.4 
le jeudi 6 mars 2008 entre 9 h et 10 h
l'interview sera redifusé le vendredi 7 mars entre 18 h et 19 h

http://www.wat.tv/playlist/888884






Repost 0
Published by la Délégation - dans Interviews
commenter cet article
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 15:38
Commentaires sur l’élection présidentielle
Yves-Marie Adeline, président de l’Alliance royale, a répondu à quelques question concernant son analyse de la récente élection présidentielle.

La dernière élection présidentielle a beaucoup agité les français. Le taux de participation est considérablement remonté avec 83,77% de votants au premier tour et 83,97% au second. Pourtant, les deux candidats étaient loin de faire l’unanimité au départ. Mais il semble qu’ils aient bénéficié tous les deux de deux nouveaux leviers conceptuels : tout d’abord le "vote utile" quand il s’agissait de les départager parmi 10 autres, ensuite le vote "de moindre mal" pour sélectionner le finaliste. Qu’est-ce que ce phénomène vous inspire ?....à lire sur http://www.allianceroyale.fr/spip.php?article446

Repost 0
Published by site national de l'Alliance Royale - dans Interviews
commenter cet article

  • : Alliance Royale Nivernais Berry
  • Alliance Royale Nivernais Berry
  • : Blogue de soutien à L’Alliance Royale, qui est un parti politique fondé en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.
  • Contact

RENDEZ-VOUS

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Nouvelles de la France Réelle

 

VGbandeau4.jpg

 

LA LIBERTE 
N'A PAS DE PRIXTVLibertés – La liberté n'a pas de prix

salonbeige678
réactualisation continue

logo_present.png

LA RADIO LIBRE DU
logo-page-de-garderadio-courtoisie.png PAYS REEL

   Pour éviter de perdre du temps à consulter journellement notre site pour ses éditoriaux réguliers, abonnez-vous tout simplement à la news letter (ci-dessous

En revanche, il est conseillé fortement d'éditer les dossiers clés pour se remettre la tête à l'endroit dans le discernement des esprits; ces dossiers se trouvent dans le pavé des dossiers à droite de votre écran.
 

Newsletter

Abonnez-vous pour être averti des nouveaux textes publiés
 

Divers

bulletin d'adhésion

blogue de Chantal de Thoury avec ses propositions

   
photo1

 


La plateforme politique de l'ALLIANCE ROYALE, est proposée à tous nos compatriotes par tous les candidats investis par celle-ci, et chacun des candidats dans ses compétences propres a aussi à proposer des changements ou aménagements de loi au gouvernement pour le BIEN COMMUN de tous,

En ce qui concerne le travail et propositions politiques de Chantal Sainsère de Thoury selon ses compétences et talents, elle les présente et defend sur le blogue

 

 

Les Rois ont fait la France

elle se défait sans ses rois