Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:15

Ayant participé à la manifestation de Dimanche "jour de colère" dans le groupe du seul parti politique présent sur le terrain:  l'Alliance Royale qu'a accompagné pendant un petit moment Stéphane Piolenc rédacteur du Journal Royaliste sur Internet Vexilla Galliae allant d'un groupe royaliste à l'autre ensuite, je ne peux qu'adhérer à ses analyses dans l'article qui suit.

Les Royalistes quant à eux s'ils ont accepté désabuser de cautionner par leur présence ce slogan "hollande démission" savent parfaitement que cette démission ne règlera rien car le mal dont souffre la France est plus profond que la simple recherche d'un chef pendant un temps fugace de 4 ans et même plus sachant que ce n'est que par la stabilité d'une dynastie régnante et vertueuse par sa soumission à la transcendance des lois spirituelles qui la dépassent que l'on peut travailler sur le long terme.

Comme l'a fait comprendre Monseigneur le Prince Louis Duc d'Anjou samedi , c'est bien LA PERTE DES VALEURS MORALES PARTICULIEREMENT LES VALEURS CHRETIENNES DANS LES LOIS DE LA FRANCE qu'il faut rechercher la cause de tous ses maux aussi bien économiques, que sécuritaires et de pressions fiscales trop lourdes. Car en effet un pays qui perd sa morale est ouvert à tous les égoîsmes et les délinquances y prospèrent entrainant par conséquence logique une augmentation régulière des impots pour "réparer" ou/et prévenir tous les dégats afférerants et endiguer les pauvretés qui se transforment en misères.
                                                                                                           Chantal de Thoury


Stéphane Piolenc parle donc d'or dans son article qui suit:

Publié dans Politique | le lundi 27 janvier 2014 | par Stéphane Piolenc   pour VEXILLA GALLIAE

Comment unir, dans un même élan enflammé, des républicains nationalistes, des partisans de Dieudonné, des royalistes de l’Alliance royale, des militants de l’Action française, des opposants à l’islamisation de la France, des soraliens, des militants anti-IVG, des marcheurs de la Manif pour Tous, des bonnets rouges, etc. ?

C’est à cette gageure que se sont attelés les organisateurs du Jour de la Colère, manifestation dont le seul mot d’ordre était « Hollande démission ! » (pour les slogans les moins discourtois du moins.)

Indéniablement, ce rendez-vous fut un succès, au moins d’un point de vue comptable : 17 000 personnes selon la police, plus de 100 000 selon les organisateurs. L’anti-hollandisme aura fait recette au sein d’une France électrisée par plus d’un an d’incurie socialiste.

En revanche, on demeurera plus dubitatif s’agissant des retombées positives de ce rendez-vous. Hélas ! La chute de François Hollande ne constitue en rien un programme politique, même de salut public, à long terme. Et le bât blesse là où se l’on s’interroge sur ce que proposaient ses opposants venus battre le pavé parisien sous une pluie drue.

Bien évidemment, chacune des multiples officines représentées lors la longue marche de la colère, n’était pas en manque d’idées ou de propositions, qui quant aux institutions, qui quant à l’immigration, au modèle social, à la justice, à la fiscalité…

Mais le concert de protestations anti-gouvernementales ne manquait pas de laisser une impression lancinante de cacophonie, tant les discours hétéroclites semblaient souvent inconciliables.

Alors, une manif, pour quoi faire ? On n’ôtera pas au Jour de la Colère le bénéfice d’avoir permis d’exprimer une exaspération plus que légitime contre le locataire de l’Elysée. On ne pourra pas s’empêcher cependant de ressentir un léger malaise lorsque l’on compare ce type d’évènements à un exutoire, analogue aux « Deux minutes de la haine » imaginées par George Orwell dans son roman 1984.

Afin de dépasser une contestation purement stérile à vocation de pur défouloir, il convenait d’enraciner cette démarche dans un projet politique à long terme, et, si possible, un projet qui tranche radicalement avec le système actuel.

C’est là où le Jour de la Colère a montré ses limites. Aucun mot d’ordre, aucun programme, aucun projet, aucune revendication réelle ne s’en dégageait. Et les groupes qui en composaient le cortège, bien qu’ils portassent des revendications plus que légitimes, étaient rarement capables de constituer une alternative sérieuse à la république en place.

C’est cette absence de message, cette absence de but, qui a conduit également à cet étrange melting pot de sensibilités politiques si différentes les unes des autres. Un magma bigarré incluant même des associations extrémistes qui n’ont pas manqué de décrédibiliser la manifestation par leur conduite caricaturale et leurs outrances, à la grande joie des médias.

Il manquait à cette manifestation de porter la contestation jusqu’à son paroxysme, en remettant en cause les soubassements mêmes du régime, en s’attaquant de front à la forme républicaine des institutions et aux idéologies révolutionnaires qui l’imprègnent. Quelques voix s’y firent entendre en ce sens, trop peu nombreuses, noyées sous le fatras d’une rage puissante mais sans but.

Le Jour de la Colère n’était pas suffisant. Loin s’en faut. La Colère, la « juste colère » comme aurait écrit Bernanos, est le déclencheur souvent nécessaire d’une saine réaction. Mais si la colère reste dans une fureur stérile, elle conduit même à desservir ceux qui l’expriment, au profit de ceux qu’elle vise.

C’est aux royalistes de proposer à cette colère une solution. Parce que c’est la République qui la provoque et que c’est la monarchie, seule, qui apportera des réponses.

                                                                                                                              Stéphane Piolenc
--------------------------------------------------------------------------------
Nota:
  il faut noter que l'Alliance Royale avait un nombre de ses militants répartis dans d'autres groupes représentant leur "niche" naturelle habituelle de combat au jour le jour.
Quand ceux-ci venaient à dépasser notre groupe, on entendait fuser les slogans royalistes, et le moment le plus fort pour nous fut celui où soudainement arriva à notre hauteur sur la droite le gros bataillon des "Catholiques en Colère", nous n'avions pas nous même de mégaphone, ce groupe en avait un, arrivé à notre hauteur le chant en rengaine de "Vive le Roi, A bas la République; vive le Roi à bas la Gueuse" résonna entre les murs des immeubles et des milliers de voix fusèrent pour le chanter le temps que ce groupe qui avançait rapidement nous dépasse.
puis les slogans habituels de colère contre le gouvernement et le Président Félons reprirent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alliance Royale Nivernais-Berry
commenter cet article

commentaires

  • : Alliance Royale Nivernais Berry
  • Alliance Royale Nivernais Berry
  • : Blogue de soutien à L’Alliance Royale, qui est un parti politique fondé en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.
  • Contact

RENDEZ-VOUS

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Nouvelles de la France Réelle

 

VGbandeau4.jpg

 

LA LIBERTE 
N'A PAS DE PRIXTVLibertés – La liberté n'a pas de prix

salonbeige678
réactualisation continue

logo_present.png

LA RADIO LIBRE DU
logo-page-de-garderadio-courtoisie.png PAYS REEL

   Pour éviter de perdre du temps à consulter journellement notre site pour ses éditoriaux réguliers, abonnez-vous tout simplement à la news letter (ci-dessous

En revanche, il est conseillé fortement d'éditer les dossiers clés pour se remettre la tête à l'endroit dans le discernement des esprits; ces dossiers se trouvent dans le pavé des dossiers à droite de votre écran.
 

Newsletter

Abonnez-vous pour être averti des nouveaux textes publiés
 

Divers

bulletin d'adhésion

blogue de Chantal de Thoury avec ses propositions

   
photo1

 


La plateforme politique de l'ALLIANCE ROYALE, est proposée à tous nos compatriotes par tous les candidats investis par celle-ci, et chacun des candidats dans ses compétences propres a aussi à proposer des changements ou aménagements de loi au gouvernement pour le BIEN COMMUN de tous,

En ce qui concerne le travail et propositions politiques de Chantal Sainsère de Thoury selon ses compétences et talents, elle les présente et defend sur le blogue

 

 

Les Rois ont fait la France

elle se défait sans ses rois