Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 11:49

De Guy Millière dans Les 4 Vérités :    source: Le Salon Beige

G "Un an après avoir renfloué la Grèce, l’Europe se retrouve à nouveau au bord du gouffre. Il faudrait, pour renflouer le pays, lui prêter autant d’argent qu’il y a un an, et, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’opération devrait vraisemblablement se répéter l’année prochaine, et ainsi à l’infini. La raison en est simple : le fonctionnement actuel de la Grèce n’est pas viable. Le maintien de la Grèce dans l’euro condamne le pays à s’endetter toujours davantage et à rester dans une situation de déflation et de non-croissance durable. L’alternative serait de laisser la Grèce quitter l’euro : sa monnaie serait fortement dévaluée, le niveau de vie de la population baisserait fortement pour une période de plusieurs années, mais l’économie grecque pourrait enfin se restructurer et redevenir compétitive. Cette alternative ne sera pas empruntée, car elle impliquerait une vague de défauts de paiement qui toucherait nombre d’établissements bancaires européens. L’Europe va donc mettre en place des systèmes de redistribution interne destinés à colmater les brèches de manière transitoire, hypothéquant ainsi graduellement les chances des pays moins sinistrés de retrouver le chemin de la croissance et du désendettement. Ces systèmes de redistribution sont le lourd prix à payer pour avoir créé une monnaie unique dans une zone qui n’était pas une zone monétaire optimale.

On l’a, en fait, oublié il y a longtemps, tant était forte la volonté de courir dans la direction d’une utopie : l’Europe, ce n’est pas les États-Unis. Ce n’est pas un pays. Ce n’est pas une langue et une culture commune. Ce n’est pas une économie commune. Ce n’est pas un peuple, mais un conglomérat de peuples. La paix entre ces peuples aurait pu se faire par le libre-échange des marchandises, la libre circulation des personnes et des idées. Mais, dès lors qu’on a voulu superposer à tout cela une gouvernance technocratique et des mécanismes bureaucratiques, les engrenages de ce que Friedrich Hayek a appelé la « présomption fatale » se sont mis en marche. Ils ne s’arrêteront pas avant que la machine infernale aille jusqu’à son terme et finisse par une grande implosion. Pour l’heure, on a donc une monnaie commune, l’euro. On a une zone monétaire qui fait que cette monnaie ne peut que créer une multitude d’effets pervers. On a des dirigeants qui tiennent à dire que tout va bien, et qui versent, comme dans un puits sans fonds, l’argent de pays A dans les caisses trouées de pays B. On a des conditions qui sont imposées aux pays B qui rendent la vie insupportable pour les populations des pays aux caisses trouées. On a des conséquences qui font que verser de l’argent dans les caisses des pays B coûte très cher aux pays A qui, eux-mêmes, sont dans des situations de plus en plus difficiles. Et on a logiquement, du mécontentement dans tous les pays concernés. Les gens des pays B (non seulement la Grèce, mais l’Irlande, le Portugal, et bientôt la Belgique, l’Espagne, puis l’Italie) sont en colère contre les pays A et l’Europe. Les gens des pays A, dont la liste s’amenuise et qui risquent bientôt de compter un seul pays, l’Allemagne, sont mécontents de payer pour les pays B.

Avant que l’implosion financière ne survienne, par une succession de défauts de paiement sans doute, d’autres signes de dislocation pourraient venir et sont déjà en train de gagner. Des mouvements nationalistes, socialistes, protectionnistes et xénophobes gagnent du terrain partout en Europe. Dès lors que le chômage, l’endettement, la paupérisation montent de tous côtés, on peut s’attendre à ce que ces mouvements continuent à gagner du terrain. Des manifestations et des grèves prennent forme aussi et tournent parfois à l’émeute. Nul ne peut savoir comment tout cela va finir. Ce qui serait très étonnant, c’est que cela ne finisse pas extrêmement mal. Tous les économistes qui travaillent à l’échelle de la planète considèrent que le rêve européen est achevé, et qu’il s’est achevé comme il devait s’achever : dans une atmosphère de crépuscule annonciateur de chaos."

De Guy Millière dans Les 4 Vérités : source: Le Salon Beige

----------------------------------------------------------------------------------------------

Que peut-on alors proposer pour sortir de ce bourbier:

Le Bon sens Chrétien dit que: en temps de désolation, on réfléchit pour se repositionner au dernier temps de consolation , cela veut simplement dire qu'il est nécessaire de revenir au temps où les choses allaient bien.

Quels sont ces temps en ce qui concerne l'Europe et l'Euro; Pour l'Europe:

 c'était le temps où les échanges se faisaient harmonieusement (malgré quelques petites viscicitudes mineures) entre pays souverains de même niveau de vie. Pour l'Euro, c'était la période pré-instauration de l'Euro (de 1999 à 2002) qui était utilisée uniquement comme monnaie virtuelle européenne pour les échanges économiques à l'exportation intra et extra européenne et entre les entreprises qui le désiraient.

Pour les pays, l'Europe fonctionnait bien tant que les pays qui la constituaient avaient un niveau de vie comparable. 

Il est donc urgent de la part de tous les gouvernements européens de remettre en place dès maintenant une Régionalité Européenne telle que préconisée par l'économiste Maurice Allais, avec la réinstauration de toutes les monnaies nationales en parité immédiate avec l'Euro permettant ainsi à celles-ci dans un temps rapide de dévaluer leur monnaie ou réévaluer selon les cas, toujours paritairement à l'Euro, leur permettant des échanges économiques régionaux au sein de l'Europe plus sains sachant que leurs échanges à l'exportation se font toujours en Euros, en revanche les échanges commerciaux à l'intérieur desdits pays leur permettront de relancer leur consommation intérieure.

Parralèlement, reconstituer un tissu européen impliquant les pays souverains de niveau de vie comparable à se regrouper en accord volontaire en sous régions économiques et non politiques; avec des échanges facilités à l'intérieur d'elles-même ainsi que cela existait du temps du marché commun qui avait fait la preuve de son efficacité.

L'Europe étant ainsi reconstituée en deux ou 3 sous régions économiques verrait ses pays souverains fonctionner ainsi en synergie plus harmonieuse permettant aux pays moins bien dotés économiquement de remonter lentement mais surement le niveau de vie de leurs populations les pays les plus riches de l'Europe pouvant aider de façon volontaire ponctuelle les pays momentanément les moins prospères, et cela à la satisfaction de tous sachant que l'Euro raisonné de cette façon redeviendrait une force monaitaire réelle face au dollar et aussi aux autres monnaies mondiales. Cette politique impliquerait aussi de rendre leur souveraineté politique réelle aux pays européens, mise à mal par les diktats de Bruxelles et l'instauration du parlement Européens qui dicte leur politique intérieure aux états Européens au détriment de la volonté de leurs populations.

Les pays souverains Européens pourraient alors ensuite avoir plus de poids international pour obtenir enfin de leurs concurrents économiques, un retour à un étalon plus stable et non fluctuant à la place du dollard, la reprise de l'étalon or étant la plus logique et de bon sens.

Sur le court terme suivant, l'équilibre interne européen qui s'en suivra verra les pays moins bien lotis de l'Europe rejoindre doucement l'état économique des autres pays mieux lotis sans mettre en danger l'ensemble du corps social en apauvrissant l'ensemble comme c'est le cas actuellement; l'Europe retrouvera naturellement un équilibre économique avec ses pays redevenus souverains maîtres réels de leur politique intérieure et des alliances  extérieures qu'ils peuvent être amenés à contracter et vivant en bonne intelligence Européenne pour le Bien Commun de tous.

Chantal de Thoury

Encore faut'il qu'il y ait une réelle volonté de choisir ce modèle

Partager cet article

Repost 0
Published by Chantal de Thoury - dans économie
commenter cet article

commentaires

  • : Alliance Royale Nivernais Berry
  • Alliance Royale Nivernais Berry
  • : Blogue de soutien à L’Alliance Royale, qui est un parti politique fondé en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.
  • Contact

RENDEZ-VOUS

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Nouvelles de la France Réelle

 

VGbandeau4.jpg

 

LA LIBERTE 
N'A PAS DE PRIXTVLibertés – La liberté n'a pas de prix

salonbeige678
réactualisation continue

logo_present.png

LA RADIO LIBRE DU
logo-page-de-garderadio-courtoisie.png PAYS REEL

   Pour éviter de perdre du temps à consulter journellement notre site pour ses éditoriaux réguliers, abonnez-vous tout simplement à la news letter (ci-dessous

En revanche, il est conseillé fortement d'éditer les dossiers clés pour se remettre la tête à l'endroit dans le discernement des esprits; ces dossiers se trouvent dans le pavé des dossiers à droite de votre écran.
 

Newsletter

Abonnez-vous pour être averti des nouveaux textes publiés
 

Divers

bulletin d'adhésion

blogue de Chantal de Thoury avec ses propositions

   
photo1

 


La plateforme politique de l'ALLIANCE ROYALE, est proposée à tous nos compatriotes par tous les candidats investis par celle-ci, et chacun des candidats dans ses compétences propres a aussi à proposer des changements ou aménagements de loi au gouvernement pour le BIEN COMMUN de tous,

En ce qui concerne le travail et propositions politiques de Chantal Sainsère de Thoury selon ses compétences et talents, elle les présente et defend sur le blogue

 

 

Les Rois ont fait la France

elle se défait sans ses rois